Boulevard Léopold,
“boutique hotel” à Anvers

Invisible sur les platformes de réservations, le Boulevard Léopold est le genre de pépite que j’adore dénicher. Cette adresse fait partie des lieux qui ont une âme. Ces lieux rares, inclassables, qui vous transportent.

“Une atmosphère intimiste dans une maison qui a une âme”

La maison, en plein cœur du quartier juif d’Anvers n’a connu que quatre propriétaires : « Elle a été construite en 1890 par un diamantaire Juif, confie Martin, notre hôte prévenant et chaleureux. C’est ensuite un professeur qui y a vécu avec sa grande famille pendant 70 ans. Et puis, un couple d’amis l’a rachetée et complètement rénovée en 2005. Je venais m’occuper du B&B lorsqu’ils étaient en congé. Cette maison me fascinait… Alors, lorsqu’ils m’ont proposé de reprendre leur affaire en 2010, je n’ai pas hésité ! »

Il faut dire cette maison d’hôtes est un vrai petit bijou. Lorsque vous ouvrez la porte de la master suite (de plus de 200 m2), vous faîtes un voyage dans le temps, une virée au cœur des années 20. Une première pièce majestueuse impressionne. De larges fenêtres, une cheminée surmontée d’un miroir art déco, des sofas en velours or, de vielles malles et un somptueux lustre montgolfière en cristal. Le décor est planté. Il suffit de fermer les yeux pour imaginer les verres en cristal s’entrechoquer et entendre un air de Jazz… Joséphine Backer es-tu là ?

“Un B&B qui sent bon les années folles et le charleston”

La chambre a un charme indéniable avec ses moulures, son parquet, sa vielle cheminée et ce tableau tryptique (toujours très twenties) qui représente une allégorie du paradis. Comment ne pas être aux anges ?

Au bout de l’enfilade de pièces, la salle de bain est la cerise dans le verre de Martini. C’est une pièce à part entière, immaculée. Une large baignoire sur pieds d’un côté, une sublime double vasque de l’autre, du parquet laqué blanc et une frise rétro qui fini joliement le carrelage blanc.

Lorsque vient le moment du petit déjeuner, vous découvrirez, au rez-de-chaussée, le salon, véritable cabinet de curiosité. Des cadres photos d’époque, des canapés capitonnés, des animaux empaillés et des bougies par centaine…

Enfin, aventurez-vous dans le petit jardin, c’est une nouvelle découverte. Le lierre a envahi les murs, un chandelier est suspendu et des meubles en osier trouvent leur place parmi les plantes luxuriantes dans un joyeux bric-à-brac.

Boulevard Leopold sent bon les années folles et le Charleston. Si à cette époque, le cocktail était roi, tous les ingrédients restent aujourd’hui réunis pour vous faire vibrer…

Prix : entre 130 € et 175 € / Site : Boulevard Leopold